Balls Dream Band

 

Une expérience drôle qui nous rappelle les années 90, c’est TBWA Italia qui relève le défi de promouvoir les boules nettoyantes pour WC Bref Power Active 4-in-1, en misant sur l’humour avec le boys band monté de toutes pièces Balls Dream Band dont le tube s’intitule sobrement « Please baby flush it ».

Un clip qui prend la forme d’une vidéo interactive où l’internaute peut à tout moment tirer la chasse d’eau et arroser les 4 membres du groupe pour les voir se trémousser sous l’eau. Faites l’expérience vous même ici.

 

Source : Digital Hunter

Petite étude sociologique de l’#instafood

 

Les photos de burgers, entrecôtes et autres andouillettes ont envahi votre écran. Pourquoi ce besoin de photographier son assiette ? Pourquoi les internautes médiatisent-ils autant leur consommation ?

Selon Jean Pierre Corbeau, Professeur de Sociologie de la consommation et de l’alimentation à l’Université de Tours, ce phénomène s’explique par une volonté de valoriser son plat, de l’archiver avant de le détruire et de pouvoir ainsi revivre cette expérience grâce à l’image.

Ce mécanisme confère alors au consommateur un certain sentiment de puissance inconsciente. Il traduit également une tendance à l’esthétisation de la nourriture et donc une façon d’exprimer son côté créatif et culturel via la nourriture.

Petit bonus, si l’adresse du restaurant est prestigieuse, si le plat est fait maison, la photo permet au consommateur de se faire valoir.

Toujours selon Jean Pierre Corbeau :  » la photographie de l’aliment avant consommation, le discours sur sa confection, la théâtralisation du protocole de dégustation relève alors d’un plaisir du prémisse, d’une véritable forme d’érotisme qui sans doute peut être interprété comme une sexualisation de notre nourriture « .

Ce phénomène donne lieu à l’apparition de nombreuses applications mobiles dédiées à ce sport, telles que Foodspotting, Snapdish ou Burgerquest.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source : Atlantico et bien sûr rendez-vous sur Instafood

 

Comment calculer le ROI des réseaux sociaux ?

 

Une question à laquelle nombreux tentent de répondre.

Aujourd’hui, Jaap Favier fait parler de sa théorie, invité sur le blog de Brian Solis. Selon lui, le ROI des réseaux sociaux tourne autour de la valeur de la marque (brand equity). Jaap compare les réseaux sociaux à des bars. Les bars sont donc des environnements de détente, dans lesquels les marques jouent le rôle des serveurs en servant aux clients leurs contenus. Les consommateurs sont peu sensibles au discours des serveurs, mais sont beaucoup plus attentifs lorsque l’ami avec lequel il partage une bière leur parlera d’une marque.

Selon une étude de Rotterdam School of Management, si cet ami recommande un produit, 7% des contacts de cet ami vont prêter attention à la marque et 42% d’entre eux voudront l’acheter. A chaque fois que vous et votre ami partagerez ensemble un contenu ou une expérience de marque, vous investirez du temps et de la confiance, soit de la valeur pour la marque, positive ou négative. C’est cette valeur qui est la clé du ROI.

Ce temps passé à partager un contenu ou une expérience de marque peut-être valorisé pour obtenir une valorisation monétaire de ce que les consommateurs sont prêt à payer pour la marque. Ce qui donne, si on aime les mathématiques :

ROI des médias sociaux = ROI du contact 1 + ROI du contact 2 +…..+ ROI du contact n.

ROI du contact X = (Temps * Confiance * Sentiment *Revenue) de l’émetteur et du receveur

Même si cette théorie ne fait pas l’unanimité, elle a le mérite d’ouvrir le débat.

Le modèle complet de Jaap Favier est disponible en téléchargement.

 

Nescafe se dévoile sur Facebook

 

Sous forme de teasing au sein même de la couverture de la page Facebook Nescafé Greece, l’agence Ogilvy One a mis en place le lancement (réussi) du nouveau packaging de Nescafé Classic, l’instantané.

Le principe : 30 kg de graines de café ont été disposées dans un aquarium, lui même installé dans le header de la page. A chaque nouveau fan, un grain de café est retiré pour laisser petit à petit apparaître le nouveau packaging. Résultats probants car il n’aura fallu que 22 heures pour vider l’aquarium ! Une belle idée.

Source : MDelmas

 

Moins de fans, mais en mieux

 

Au même titre que les marques saisissent l’opportunité que représentent pour elles les médias sociaux, les consommateurs seraient devenus plus matures. Ils consomment moins, mais mieux. Et ça passe aussi par leur consommation sur les réseaux sociaux.

Ainsi, si le nombre de fans diminue sur les pages Facebook, c’est aussi parce que le « j’aime » a plus de sens qu’auparavant selon l’Institut Harris Interactive. Le nombre de fans d’au moins une page a chûté de 80 à 76% entre 2011 et 2012 mais les utilisateurs qui suivent réellement les actualités d’au moins une page se sont accrus de 63 à 68%.

De la même manière, 45% de ces utilisateurs suivent plus de 5 pages, 25% plus de dix pages, en plus des actualités des contacts personnels, bien entendu.

Source : CIO

 

Amazon lance les pages de marques

 

Chez Amazon, les marques avaient déjà la possibilité de créer des pages détaillées de leurs produits. Aujourd’hui, les entreprises peuvent créer une page dédiée à leur marque, à l’image des pages fan Facebook.

Parmi les fonctionnalités offertes par ces nouvelles pages, les entreprises ont la possibilité de  personnaliser l’url de leur page www.amazon.com/nomdelamarque , afficher de larges images dans le header de leur boutique, ajouter des boutons de réseaux sociaux comme Facebook et Twitter, ajouter plus de photos.

Il est également possible de poster simultanément des messages promotionnels sur Amazon et sur Facebook et de programmer des publications. Amazon Analytics permet aux e-commerçants d’analyser les performances en termes de pages vues, de taux de clics et de conversions.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source : Adweek

 

Gouvernance : Facebook retire le droit de vote

 

En matière de politique de gestion de la vie privée, Facebook est sur le point d’opérer un changement considérable en retirant le droit de vote à ses utilisateurs, tout en continuant à prendre en compte leurs commentaires.

Pour afficher être plus transparent, Facebook avait mis en place un processus voulu démocratique avant d’opérer des changements dans sa politique générale pour la gestion de la vie privée. Mais aujourd’hui, le réseau social décide de rénover ce système en retirant ce droit. Un retournement de situation qui ne fait pas que des heureux parmi les internautes.

Retrouvez tous les détails de ces changements sur Facebook.

 

Pour avoir plus de likes, il suffit d’en demander

 

Nous le savions déjà, mais cette étude sur 1,2 millions de posts provenant de 10 000 pages les plus populaires ne fait que le confirmer : Demander aux gens de liker une publication donnerait entre 2 et 3 fois plus de résultats.

 

Source : Le blog du modérateur